Biomimétique : quand la nature inspire le business Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Résilience, durabilité et meilleure qualité à moindre coût sont quelques-uns des principes portés par la biomimétique. Les entreprises peuvent-elles se tourner vers la nature pour trouver des solutions à leurs problèmes en matière de produits, de stratégie et d’organisation ?

La biomimétique nous donne accès à 3,8 milliards d’années de bonnes idées permettant de trouver des solutions étonnantes sans passer par toutes les étapes de l’évolution.*

Qui utilise la biomimétique… et pour quoi faire ?
Des entreprises comme Coca-Cola, Procter & Gamble et S.C. Johnson ont déjà fait appel à des biologistes afin d’étudier comment s’y prendrait la nature pour organiser les fonctions de l’entreprise, piloter la gestion des talents ou mettre au point une gamme de colles sans formaldéhyde.

La biomimétique permet de relever de nombreux défis :
• Stratégie : en appliquant les principes de l’évolution darwinienne à leur stratégie, les dirigeants rendront leur entreprise plus diverse, plus créative et plus innovante. Enjeu : gagner en agilité pour mieux s’adapter aux évolutions de l’environnement.
• Structure : les équipes du United States Green Building Council ont mis fin à une organisation purement pyramidale, ont élargi les process de décision et ont accru l’engagement des collaborateurs, simplement en observant la relation symbiotique qui lie un champignon aux arbres, la reproduction des pieuvres et la migration des oiseaux.
• Innovation : la nature produit des solutions plus durables et plus économes que les approches humaines traditionnelles. Par exemple, tandis que les processus standards de fabrication industrielle créent en moyenne 96 % de déchet pour 4 % de produit, les méthodes d’auto-assemblage de l’ormeau (un mollusque dont la coquille est plus solide que la céramique) génèrent presque zéro déchet et consomment très peu d’énergie.

Quelques exemples de design inspiré par la nature
• Speedo : en reproduisant la texture de la peau du requin qui lui évite d’être freiné par la résistance hydrodynamique, les combinaisons Fastskin de Speedo ont permis aux nageurs professionnels de gagner de précieuses secondes au chronomètre.
• General Electric : Inspiré par le lotus, sur les feuilles desquels les gouttelettes glissent sans les mouiller, GE a créé des métaux résistants à l’eau et offrant, par exemple, une alternative moins polluante aux techniques actuelles de dégivrage des avions.
• Nike : Les baskets Nike Air Terra Humara sont conçues sur le modèle d’un sabot de chèvre, dur à l’extérieur et plus souple au centre pour une meilleure adhérence sur terrain accidenté.

* Janine Benyus, créatrice du cabinet de conseil Biomimicry Guild.

À lire, notre focus
Biomimétique : quand la nature inspire le business

Business Digest nº 221, novembre 2011.
D’après « Vu d’en haut – Pascal Picq », (Le Nouvel Économiste, octobre 2011) ; « Biomimicry Challenge », d’Alissa Walker (Fast Company, mai 2010) ; « Biomimicry explained: a conversation with Janine Benyus » (Center for Biologically Inspired Design, octobre 2011).