Fatigue décisionnelle : garder sa lucidité en toute circonstance Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Incapacité à faire des choix, décisions qui tournent au fiasco, cerveau en surchauffe permanente ? Comme une majorité de décideurs, vous souffrez sans doute de fatigue décisionnelle ! Danger pour votre performance et celle de votre organisation, la combattre repose sur trois facteurs clés : prenez votre temps, fiez-vous davantage à votre intuition et appuyez-vous sur votre entourage !

Peu importent votre esprit rationnel et votre intelligence, vous ne pouvez prendre décisions après décisions sans en payer le prix. Plus vous faites de choix dans la journée, plus ils deviennent difficiles pour votre cerveau et plus vous risquez de prendre des raccourcis.*

Fatalité ? Non, trois mesures simples permettent de limiter le risque de fatigue décisionnelle… à condition d’accepter de questionner quelques idées reçues à propos de son leadership !
1. Ne vous précipitez pas : sauf urgence particulière, reporter une décision de quelques heures si vous jugez ne pas être en pleine possession de vos moyens de réflexion n’est pas un aveu de faiblesse, mais une preuve de lucidité. Plutôt que chercher à se transformer en super-calculateur, simplifiez par ailleurs au maximum le processus de décision en réduisant les paramètres à évaluer.
2. Utilisez votre intuition : ce n’est pas l’exhaustivité ou la perfection de l’information disponible qui fait une bonne décision, mais la capacité des leaders à développer une big picture du problème. Une aptitude liée à l’expérience : erreurs et succès passés forment en effet au discernement et permettent de savoir interpréter intuitivement des signaux faibles pour envisager toutes les facettes d’une situation.
3. Misez sur la « sagesse de la foule » : la prise de décision collective consiste, face à une problème, à discuter de tous les choix envisageables avec plusieurs individus. Elle permet d’augmenter le nombre de solutions possibles, bref, de faire émerger LA solution optimale à moindre effort. Non, un leader n’est pas condamné à décider seul !

Ce qu’ils en pensent, ce qu’ils en disent
Selon Dennis Cooper, ancien contrôleur aérien pour la FAA, depuis la tour de contrôle de chaque aéroport, les pauses régulières, la capacité à associer intuition et informations tangibles et le travail collaboratif permettent à des milliers d’avions de décoller et atterrir… sans encombre ! Que ce soit pour des choix quotidiens ou des décisions plus stratégiques, Thierry Boiron, président des laboratoires du même nom, a quant à lui appris à écouter et à faire confiance à son intuition. Un complément indispensable, mais sous-estimé, au raisonnement logique.

* John Tierney

À lire, notre dossier
Fatigue décisionnelle : garder sa lucidité en toute circonstance

Business Digest nº 221, novembre 2011.
Synthèse de différentes sources appuyée des interviews de Dennis Cooper, ancien contrôleur aérien de la Federal Aviation Administration (FAA), aujourd’hui psychologue pour la Défense Nationale canadienne, et Thierry Boiron, président des Laboratoires Boiron, octobre 2011.