Agilité, ou comment faire face à l’imprévisible ? Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Comment se préparer aux black swans, ces évènements à faible probabilité mais aux conséquences considérables ? Tout est affaire d’agilité et de flexibilité, répond Nassim Taleb. Pour le chercheur, aucun intérêt à chercher à maîtriser tous les risques ; les décideurs doivent plutôt développer la résilience globale de leur entreprise pour faire face aux crises les plus improbables.


Caprices de la nature, nouvelles technologies révolutionnaires, récession mondiale… La dernière décennie a vu se multiplier les « cygnes noirs », ainsi baptisés par le philosophe et professeur en ingénierie du risque Nassim Taleb.

Comment les organisations peuvent-elles accroitre leur résilience face à des crises imprévisibles ? Non pas en cherchant à prédire l’évènement catalyseur, mais en acceptant que bon nombre d’évènements échappent à toute forme de pronostic.

Pourquoi les leaders ignorent-ils les cygnes noirs ?
Les décideurs ont tendance à sous-estimer et mal interpréter ces évènements car ils veulent continuer à croire en un « monde structuré, compréhensible et donc prévisible ». Le syndrome « ça n’arrive qu’aux autres », la lassitude mentale face aux successions de catastrophes, le refoulement inconscient de ce qui est déplaisant ou la réflexion trop court-termiste sont autant de risques d’aveuglement face au sujet.

Comment augmenter la résilience organisationnelle ?
Si les catalyseurs du cygne noir sont souvent exogènes, l’ampleur des dommages subis est bien souvent affaire de gestion interne.
1. Aligner les règles et les comportements, car souvent, les pratiques informelles incitent les équipes à ignorer les procédures formelles.
2. Préparer sa flexibilité : avec l’analyse de perturbation, outil tactique pour tester la résistance d’une entreprise et évaluer sa capacité (et surtout ses points faibles) à surmonter l’impact d’un cygne noir.
3. Préparer un leadership, qui s’affirme comme tel lors d’une crise.

Ce qu’ils en pensent, ce qu’ils en disent
Grande diversité de scénarios et préparation minutieuse des équipes à l’improbable sont le meilleur moyen pour assurer flexibilité et résilience dans la tempête, autant pour Emmanuelle Tran, experte en prévention, gestion et communication de crise, que pour Edward Lazo, de l’Agence pour l’Energie Nucléaire.

À lire, notre dossier
Black swans : agilité, ou comment faire face à l’imprévisible ?

Business Digest nº 221, novembre 2011.
Synthèse de différentes sources appuyée des interviews de Emmanuelle Tran, fondatrice et présidente d’Acyan, et Edward Lazo, administrateur principal de la division de la protection radiologique, AEN, octobre 2011.