Innovation polycentrique : l’Occident n’est (déjà) plus le centre du monde Premium

Pour lire ce dossier dans son intégralité, devenez Abonné Privilégié ou connectez-vous

Et si les pays émergents n’étaient pas seulement source de main-d’œuvre à bas coût ou de débouchés pour les pays développés ?

 

L’innovation n’est déjà plus l’apanage de l’Occident.
Fin des idées reçues, l’histoire s’écrit aussi ailleurs. Navi Radjou propose de s’intéresser à l’émergence et à la construction des idées dans un monde polycentrique, et invite les organisations à accepter ces inéluctables mutations (monde en réseau, savoir global et connecté), pour que les innovations ici ou là profitent au plus grand nombre.

L’innovation polycentrique met en réseau les talents, le capital et les idées où qu’ils soient dans le monde pour trouver de nouveaux leviers de creation de valeur.

Les caractéristiques d’une entreprise polycentrique
• 3 postures impératives : ouverture, organisation en réseau, flexibilité et capacité d’adaptation.

• 4 étapes vers le polycentrisme :
0) la R&D est concentrée en Occident (Sony, Apple, Pernod Ricard) ;
1) transfert d’une partie de la R&D vers le spays à faible coût de main d’oeuvre (call centers, services clients) ;
2) reconnaissance du potentiel des pays emergent’s et orientation d’une partie de la R&D vers les besoins régionaux (Microsoft, L’Oréal) ;
3) mise en réseau des activités de R&D dans les pays emergent’s avec les divisions occidentales (pollinisation) (IBM, P&G, Danone) ;
et 4) organization de la R&D en hubs répartis dans le monde (Xerox, Suzlon).

Deux champions de l’innovation polycentrique
Xerox, champion de l’ »open innovation, » ouvre un  »hub » en Inde. Monica Beltrametti, vice-président chez Xerox Research Centre Europe, raconte comment et pourquoi Xerox a lancé un  »innovation hub » à Chennai et en quoi l’ensemble du Groupe a bénéficié très rapidement des innovations issues d’une frugal India qui en ont émergé, tant sur les services que sur les process ou la façon de travailler ensemble.

Suzlon est un modèle original d’innovation polycentrique. Entreprise indienne, n° 3 mondial de l’énergie éolienne, basée dans 20 pays à la surface du globe, sa performance repose sur une forte capacité d’innovation au plus près de ses clients (dans le monde) et sur une gestion pointue des talents… qui sont recrutés près de ses principaux centres de R&D, en Europe du Nord !

 

À lire, notre dossier
Innovation polycentrique : l’Occident n’est (déjà) plus le centre du monde

Business Digest nº 212, décembre-janvier 2011.

D’après un entretien avec Navi Radjou, executive director du Centre for India & Global Business de la Judge Business School de l’université de Cambridge ; l’interview de Monica Beltrametti, vice-présidente du Centre de recherche européen de Xerox ; et l’interview de John O’Halloran, president technology, Suzlon Energy.