Loading...
Fiche pratique

Comment faire accepter le recadrage ?

Long et exigeant, le processus de formulation/recadrage d’un problème va parfois à l’encontre de convictions fermement établies. Il peut donc susciter des réactions de déni voire de franches résistances. Voici quelques conseils pour y faire face.

Créez un terrain favorable au recadrage

Vous voulez vous assurer que la vraie nature d’un problème n’est pas en train d’échapper à votre équipe ? Une session de recadrage s’impose pour vérifier que tous les paramètres ont bien été pris en compte. Mais, pour des professionnels aguerris, la perspective de consacrer du temps au recadrage d’un problème n’a rien d’engageant. C’est pourquoi vous avez tout intérêt à préparer méticuleusement le terrain.

· Avant de commencer les discussions, invitez chaque participant à coucher par écrit sa propre formulation du problème (sans suggérer la vôtre au préalable). Les deltas – même minimes – qui apparaîtront à la lecture de l’ensemble des productions souligneront efficacement l’importance de cette réflexion collective.

· Prenez le temps d’expliciter le concept de recadrage et de montrer ses bénéfices potentiels, à l’aide de quelques anecdotes bien choisies. Celle de l’ascenseur lent et des visiteurs impatients est une valeur sûre !

Soyez clair sur le fond, et pro sur la forme

Un recadrage ce n’est pas un simple « je crois que nous nous trompons de sujet » mais une véritable méthode avec des étapes prédéfinies. N’hésitez pas à structurer vos discussions dans un cadre présenté sous forme de tableau à remplir collectivement :

· Quoi : formulation initiale du problème,

· Qui : liste des parties prenantes impliquées ou concernées et de leur rôle dans le problème. Ne vous oubliez pas dans l’équation !

Extrait de Business Digest N°306, Mai 2020

75%
CONNEXION
ABONNEZ-VOUS
À LA PUBLICATION
ABONNEZ-VOUS À LA PUBLICATION
Voir les formules d’abonnement

Françoise Tollet
Publié par Françoise Tollet
Elle a passé 12 ans dans l’industrie entre autres chez Bolloré Technologies. Elle dirige Business Digest depuis 1998, société qu’elle a cofondée en 1992 et dont elle a décidé du big move vers Internet dès 1996… avant même d’en rejoindre l’équipe.